Visite à Sept-Îles de jeunes de St-Lambert

Boucane, 22 novembre 2011

Samedi dernier, à l’auberge Jeunesse Le Tangon de Sept-Îles, un groupe d’étudiants et d’étudiantes du collège Durocher de St-Lambert assistait à une petite conférence menée par des gens de Sisur avec pour sujet, l’uranium, le nucléaire et les phénomènes de contaminations des eaux par l’industrie du nucléaire, tant lors de l’extraction de l’uranium que durant l’exploitation de centrales nucléaires.

Le groupe avait été piloté depuis  Longueuil par Olivier Huard de la Fondation Rivières et une de leurs institutrices, madame Johanne Beaupré. Le responsable régional de la Fondation Rivières, Jacques Gélineau, a pris tout le groupe en main à partir de Baie-Trinité pour lui faire visiter les différentes rivières de la région et leur expliquer les problèmes auxquels elles sont confrontées. Ils en ont ainsi appris, sur la Grande Trinité et la rivière Pentecôte. Aux installations de la rivière Sheldrake, Axor a carrément refusé de recevoir le groupe, se permettant même de prendre en note les numéros de plaque des véhicules comme s’ils envisageaient avoir accès aux données de la SAAQ. Ils ont ensuite connu la Rivière au Tonnerre, la Magpie et finalement la Romaine qui subit les assauts d’Hydro-Québec. La visite du chantier de la Romaine les a cependant déçu. Ils y ont été reçus par un guide qui leur a fourni une foule d’informations techniques sur le projet mais dès qu’ils posaient des questions d’ordre environnemental, c’était le silence et on les référait au site d’Hydro-Québec.

Claude-Francis Huguet de Sept-Îles sans uranium a présenté l’organisme aux jeunes et les a instruits sur les actions prises par SISUR dans sa lutte pour empêcher l’exploitation d’une mine d’uranium près de la ville et des plans d’eau qui alimentent la collectivité

À Sept-Îles, le groupe a eu l’occasion de poser plusieurs questions et de s’informer sur les problèmes générés par l’exploitation et l’utilisation de l’uranium. Les jeunes semblent avoir apprécié l’expérience et les notions acquises sur le terrain. Ils se sont cependant dits déçus de recevoir si peu d’information de part de l’industrie.

Publicités

~ par Sept-Îles sans uranium sur 22 novembre 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :