Le projet Matoush, on navigue dans des eaux étranges

5 août 2011

Pendant que Strateco affirme que le dialogue a repris avec les Crees, le représentant du grand chef de la Nation crie, Matthew Coon Come, Abel Bosum, ne mentionne pas l’uranium quand il parle des priorités de la nation Cree(Cyberpresse, 2 août 2011).

Comment comprendre les assertions de Strateco. Simple, pour répondre aux exigences du COFEX(Le Comité Fédéral d’Examen Sud), Strateco affirme tout simplement ce qui semble ne pas avoir existé.

Pas étonnant, Le COFEX qui demandait, entre autres, au promoteur de s’assurer de l’acceptabilité sociale du projet de faire preuve de transparence, transparence qui n’existait pas aux yeux de l’ensemble des participants (De plus, l’appui du public pour ce projet demeure précaire, en particulier en raison des enjeux liés à l’exploitation et à l’utilisation de l’uranium ainsi que du fait que le promoteur n’a peut-être pas fait preuve d’autant de transparence que ne l’auraient voulu l’ensemble des participants.) Une relation de confiance est certainement à bâtir entre le promoteur et les membres la communauté de Mistissini.-page 13)

Difficile de s’y retrouver, Le COFEX note plusieurs lacunes

importantes dans le rapport soumis par Strateco et des informations manquantes dans des domaines importants relevés dans le communiqué de Mine watching Canada.

Le communiqué de Mine Watching Canada n’a malhreusement pas été traduit en français, voici la liste des informations manquantes relevée, selon Mine Watching Canada par le Cofex.

•     Poorly explained rationale of the need for the project
•     Poorly described and selected methods of baseline data collection
•     Inadequate baseline data including wildlife and fish
•     Inadequate consideration of impacts on woodland caribou
•     Lack of a completed water balance
•     Inadequate eco-toxicology assessment
•     Inadequate consideration of cumulative effects
•     Inadequate consideration of traditional activities, culture and    community life of the Cree
•     Lack of consideration for organizational structures integral to Cree society
•     Significant omissions in describing the impacts of increased access to the area
•     Incomplete appraisal of economic benefits
•     Highly speculative estimates for employment potential for local communities
•     Poor consideration of economic opportunities for Cree businesses

En gros, le Cofex accorde à Strateco la permission de poursuivre son exploration à condition qu’elle lui fournisse ces précisions.

La démarche peut sembler logique: inutile de procéder à de nouvelles audiences et d’engager de nouvelles dépenses pour des précisions à apporter.

Ce qui cloche c’est que des informations ‘essentielles’ ne sont pas livrées. Comment le COFEX peut-il prendre une décision sans ces informations?

Deuxièmement, la procédure a ceci de pernicieux que ces assertions qui seront livrées par Stratéco ne pourront plus être discutées en audience, personne ne pourra les contredire, ou poser de questions supplémentaires puis qu’il n’y aura plus d’audiences et que la décision finale du COFEX se prendra entre 4 murs.

Publicités

~ par Sept-Îles sans uranium sur 15 août 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :