Communiqué-Plan Nord sans uranium

Sept-Iles le 9 mai 20011

Diffusion immédiate.

SISUR avec la Fondation Rivières. Le comité sur la qualité de l’air et de l’eau de Sept-Iles, le regroupement de citoyens pour la protection de la Grande Baie de Sept-Iles et Minganie sans uranium se mobilisent afin d’exiger du gouvernement certaines actions dans le plan Nord .

Nous croyons tous que le Plan Nord doit se faire sans l’exploration et l’exploitation de l’uranium, minerai énergétique qui laisserait sur nos territoires des millions de tonnes de résidus radioactifs. Ces résidus à longue durée seraient un fardeau pour nous et les générations futures.

La Fondation Rivières croit que le fleuve Saint Laurent doit être considérer comme un bassin versant dont nous devons protéger la qualité de l’eau. Fleuve qui supporte une industrie de la pêche dont les revenus se compte en centaines de millions de dollars.

Selon Jacques Gélineau les apports en sédiments en nutriments et oxygène sont primordiaux en regard de la production hydro-électrique.

Pour monsieur Denis Bouchard, du comité sur la qualité de l’air et de l’eau de Sept-Iles, il est primordial que dans ce nouveau projet industriel l’on tienne en compte la totalité des émissions de contaminants des industries déjà en place et non seulement de ceux de chacun des projets dans l’étude d’impact.

Les nouveaux projets exerceront une pression supplémentaire sur les citoyens et les infrastructures existantes de la Ville de Sept-Iles.

Pour madame Lise Gagnon de la protection de la Grande Baie de Sept-Iles, il est essentiel que le Plan Nord applique le principe de développement durable aussi à l’étape d’exploration.

Les citoyens doivent être consultés dès le début des projets.

Comme beaucoup d’organismes régionaux du nord nous désirons faire partie d’une vraie consultation avant de voir

près de deux milliards de nos taxes et impôts être dépensés pour des travaux qui serviront à extraire la richesse à tous.

En conclusion, nous croyons que le gouvernement et le premier ministre Jean Charest, en pleine campagne de sensibilisation auprès de la grande industrie, doit imposer le respect des richesses collectives par des redevances dignes, des lois de protection de l’environnement musclées, une loi sur les mines modernisée, agir dans le respect des générations futures, du territoire et de ses habitants.

Publicités

~ par Sept-Îles sans uranium sur 9 mai 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :