SISUR devant la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire

Le 13 avril 2011, à Bécancour, Sept-Îles sans Uranium fait ses représentations orales devant la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire concernant le redémarrage de la centrale Nucléaire de Gentilly II.  Bien sûr, Sept-Îles sans Uranium s’oppose à la réfection et au redémarrage de la centrale, tant pour des raisons d’ordre économique qu’à cause des dangers que représente l’opération d’un réacteur nucléaire.

L’adresse écrite envoyé à la Commission le mois dernier se terminait par les paragraphes suivants:

« Le principe de précaution doit être celui qui guide nos choix de sociétés.

10 novembre 1958

Albert Einstein

…L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique…

Je vous remercie d’avance des mesures que vous poserez en regard de ces préoccupations précédemment énoncées.

Je demande donc à la Commission de sûreté nucléaire de bien vouloir considérer le seul choix qui est celui du déclassement de la centrale Gentilly 2 et son démantèlement.

Veuillez recevoir mes salutations citoyennes. »

Plusieurs  autres organismes citoyens feront aussi des représentions dans le même sens en espérant que la Commission se rende à leurs arguments.

Advertisements

~ par Sept-Îles sans uranium sur 12 avril 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :