Les écrans de fumée, le secret et le déficit démocratique

Il y a des jours où on rêve d’écrire un texte, d’émettre une opinion et de sensibiliser le monde à notre perception des choses. Souvent, on finit par démissionner face à la somme de travail que ça représente, devant tous les efforts qu’il faut mettre pour organiser ses idées, trouver les bons exemples et les bonnes expressions, étayer solidement ses arguments et les mettre dans un ordre qu’une logique d’abruti ne peut reverser facilement.

Puis, comme une lumière brillant dans les ténèbres, on trouve un article rédigé par quelqu’un d’autre, une personne sensée, crédible, avisée et reconnue qui exprime exactement ce qu’on avait imaginé dire. Le travail est déjà fait, il ne reste qu’à lire et à refiler aux autres.

Voilà, je vous présente le texte madame Lise Payette paru dans Le Devoir d’aujourd’hui, 18 mars 2011.

En gros: « Si vous faites partie de ceux qui pensent que nos dirigeants ne nous mentent jamais, vous dormez probablement en paix. Mais si, comme moi, vous pensez qu’ils n’hésiteraient pas à agir dans le secret le plus total…      …Il faut poser des questions, mais surtout exiger des réponses. C’est essentiel pour que la démocratie reste vivante.  »

Je vous invite à lire le texte au complet cet article.

Advertisements

~ par Sept-Îles sans uranium sur 18 mars 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :