La France met un holà aux gaz de schistes

Écrit par Boucane Samedi, 05 Février 2011 11:20

Pendant que notre gouvernement tergiverse, semble tenter de trouver une justification et des raisons logiques au laissez-faire actuel dans le dossier des gaz de schistes. Le gouvernement Français, lui,  a décidé d’agir.

Dans cet article publié hier sur le site du Devoir à partir d’une dépêche de l’Agence France Presse deux paragraphes concernant la démarche de la ministre de l’Écologie, ont particulièrement retenu notre attention.
.
Dans ce contexte, «est-ce qu’il est raisonnable de mettre en exploitation ces gisements?», tant d’un point de vue environnemental que paysager, a demandé Mme Kosciusko-Morizet. «Compte tenu de la façon dont ça s’est passé aux États-Unis, il y a lieu d’avoir des analyses complémentaires.» Le rapport définitif est attendu en juin.

Tant que ces travaux d’analyse n’auront pas été complétés, il n’est pas question de permettre quelque exploration que ce soit, a assuré la ministre française. Précisant qu’un moratoire est «juridiquement impossible», elle a toutefois assuré qu’il sera fait en sorte que les autorisations de travaux «ne puissent pas avoir lieu avant le rapport de la mission».

La logique de la ministre Normandeau ne tient pas, nous l’avons mentionné dans notre article publié hier.  Celle du gouvernement Français répond à des critères de réflexion beaucoup plus cohérents.

Ce qui vaut pour les gaz de schistes vaut aussi pour l’uranium ou pour toute autre  exploitation représentant un danger pour nos milieux de vie ou pour nos écosystèmes.

L’article du Devoir, rédigé par Alexandre Shield, met bien en évidence la différence de cohérence entre l’approche du gouvernement Français et celle du gouvernement Charest.


Advertisements

~ par Sept-Îles sans uranium sur 15 février 2011.

 
%d blogueurs aiment cette page :