Une visite sur le site du lac Kashiwiss

Après une visite du site d’exploration uranifère de Terra Ventures au lac Kachiwiss près de Sept-Îles, SISUR convoquait une conférence de presse, lundi, le 26 juillet. Sept-Îles Sans URANIUM voulait faire le point sur l’état des lieux, savoir si Terra Ventures travaillait à réhabiliter le site ou elle a avait foré dans l’espoir de trouver un filon exploitable d’uranium.

SISUR émettait un communiqué de presse suite à cette visite des lieux, communiqué dont nous reproduisons ici le texte:

Communiqué Pour publication immédiate

Sept-Îles sans Uranium fait le point sur une vingtaine de sites actifs d’exploration uranifère dans les MRC des Sept-Rivières et de la Minganie.

Sept-Îles, le 26 juillet 2010 – Hier, Sept-Îles sans Uranium (SISUR) a visité le site minier de Terra Ventures inc. au lac Kachiwiss afin de confirmer la réhabilitation des lieux. Selon le bureau du Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) de Sept-Îles, Terra Ventures inc. était depuis quelques semaines en train de démanteler son camp et sa foreuse afin de remettre les lieux dans un état convenable. Les arbres coupés ne pouvant être replantés.

L’inspection finale, suite à nos plaintes de 2009, devait avoir lieu il y a de cela déjà trois semaines.

Hier, nous avons pu constater que les installations sont encore toutes en place :

Motoneiges, 4-roues, tracteur à chenilles, pompes, génératrices, campement, carottes, foreuse ainsi que boyaux d’amenée d’eau, huile, diésel et propane. À certains endroits, les sols contaminés aux hydrocarbures ont été excavés mais des sacs de sols contaminés sont toujours sur les lieux.

Nous croyons donc que le site minier de Terra Ventures inc. est encore en mode «stand-by» et que l’exploration risque de redémarrer après la saison des mouches.

Ou est-ce que la compagnie attend le moratoire sur ses claims demandée par la ville de Sept-Îles dans le mémoire qu’elle a déposé à la commission parlementaire sur le projet de loi 79 qui obligerait le gouvernement à compenser les compagnies pour les travaux encourus ou à leurs remettre des claims de valeur équivalente.

Nous avons aussi obtenu les coordonnées du nouveau site d’exploration au lac Nipisso. Cette information nous permettra de faire une nouvelle demande d’accès à l’information, le bureau du ministre Simard nous ayant répondu en mai, lors de notre dernière demande d’information concernant les permis émis pour des travaux autour du lac, qu’elle était comme trop vague! Avec ces coordonnées, nous pourrons identifier cette compagnie, la septième dans la région de Sept-Îles et une de plus dans le bassin versant de la rivière Moisie (Nipissis).

SISUR trouve incroyable que le Ministère des Ressources naturelles, et de la Faune (MRNF) nous ait identifié trois compagnies (demande d’accès à l’information, mai 2010) œuvrant sur la Côte-Nord, quand plus de vingt sont en activité entre Sept-Îles en Natashquan.

Avec Uracan qui estime faire des trous pour huit millions de dollars par an à elle seule à Baie-Johan-Beetz, il suffit de réaliser que 40% de ces sommes sont des subventions pour rendre jalouses toutes les communautés de la côte. C’est comme les 260 millions du dernier budget libéral qui serviront à relier Chibougamau et la mine Matouche de Strateco dans les Monts Otish (ouverture prévue en fin 2013, début 2014) quand les villages de la Base-Côte-Nord ne sont pas reliés à la route 138.

Quoi d’autre allons-nous donner à l’industrie uranifère? Le nitassinan au complet?

SISUR demande encore au gouvernement du Québec de respecter la volonté des 193 municipalités qui veulent un moratoire sur les mines d’uranium afin que tous les citoyens puissent se prononcer sur cette question en pleine connaissance de cause : Est-ce que le Québec veut devenir une province productrice d’uranium et avoir à gérer des résidus radioactifs sur son territoire pour la vie?

Le temps et le territoire comme le Plan Nord battent maintenant au rythme du développement durable, ce qu’une mine d’uranium ne sera jamais.

-30-


Pour renseignements, communiquez avec :
Olivier Noël
Responsable des communication:
Sept-Îles sans URANIUm
418 965-7282
onoel@sisur.ca
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Quelques unes des photos prises sur le site.


Publicités

~ par Sept-Îles sans uranium sur 3 août 2010.

 
%d blogueurs aiment cette page :